MSN c'est fini : réflexion sur la technologie propriétaire

/ Actualité - écrit par nazonfly (), le 10/01/2013

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 20 réactions

La nouvelle n'en est pas vraiment une puisque après le rachat de Skype par Microsoft, on avait appris que Messenger allait rendre son tablier, tirer le rideau, fermer la porte, insérez ici votre métaphore préférée. La date est désormais arrêtée : c'est le 15 mars 2013 que le service Messenger sera retiré.

Vous allez me dire que c'est bien joli de parler toujours du libre si c'est pour pleurer au moindre événement concernant Microsoft. Il faut dire que la fin de MSN nous permet de nous faire prendre conscience de plusieurs aspects importants sur internet : l'obsolescence des technologies, l'effet de mode et le problème d'avoir des systèmes propriétaires.

D'mon temps

Pour commenter cette nouvelle, je remonterais il y a quelques années
Sisi, c'est bien l'IRC, contrairement aux apparences.
en arrière, une bonne dizaine quand, jeune étudiant, je découvrais le net qui était loin d'être dans toutes les maisons comme aujourd'hui. À cette époque antédiluvienne (ce devait être en 1998), les moyens de tchatter étaient assez limités : il y avait l'IRC (Internet Relay Chat), un protocole de communication conçu en 1988 qui permet de discuter avec le monde entier mais sans "liste d'amis" et le logiciels ICQ, plus convivial sur la forme, pas forcément dans le fond. Un internaute sans identifiant ICQ était alors, déjà, un peu ringard. Plus tard, American On Line (AOL, le fournisseur d'accès à internet), ayant racheté ICQ, a pu proposer sa propre messagerie AIM (bien moche celle-ci) et Yahoo! s'est lancé dans l'aventure peu de temps après.

De MSN Messenger à Skype

C'est à ce moment-là (en 1999) que Microsoft, souvent en retard d'une
C'est sûr, sans yeux, ça pouvait pas marcher.
guerre, a enfin proposé son logiciel de messagerie, MSN Messenger (qui deviendra Windows Live Messenger en 2005). L'omniprésence de Microsoft sur les postes de bureau installa alors rapidement MSN Messenger comme LE logiciel de tchat par excellence. Autant dire que ICQ et AIM devinrent rapidement démodés et que l'IRC se contenta d'être utilisé par les geeks et les accros au téléchargement (dans la période post-Napster*, un certain nombre de personnes se sont alors tournées vers l'IRC). Puis, des années après, vint Skype sur lequel se sont ruées à nouveau de nombreuses personnes. La suite, vous la connaissez.

Mode et obsolescence pas forcément programmées

Ce rapide historique des messageries instantanées montre évidemment
Va chercher Lycos ! Mort en 2008.
ce que j'appellerais la versatilité du net : rares sont les sites qui durent dans le temps et la mode d'aujourd'hui ne sera sans doute pas la mode de demain. Il y a peu de temps MySpace drainait des millions d'utilisateurs, aujourd'hui c'est Facebook, demain... qui sait de quoi demain sera fait ? On a constaté d'ailleurs la même chose dans le monde des moteurs de recherche : il fut un temps où Google n'existait pas et où les plus au courant des internautes savaient que Altavista était vraiment meilleur que Lycos et Yahoo! réunis. Il semble complètement vain de croire à la pérennité d'autre chose que des protocoles de communication sur internet (un protocole de communication peut être vu comme les règles déterminant l'échange entre deux entités, quelles qu'elles soient).

Le problème du système propriétaire

Dans ce cadre, le logiciel libre a évidemment des atouts indéniables par
Jabber, une messagerie libre
rapport aux logiciels propriétaires. En effet, le protocole de communication derrière MSN Messenger n'est pas libre : Microsoft avait (et a toujours) toute liberté de fermer son service du jour au lendemain. Avec Windows Live Messenger et Skype, Microsoft a pu faire évoluer les choses en douceur mais rien ne dit que le géant américain ne s'effondrera pas du jour au lendemain, laissant orphelins ses utilisateurs (pleurez, je le veux !). Ou qu'il fera évoluer Skype vers une solution 100% payante : bien sûr, ce serait très étonnant, ce n'est assurément pas un modèle économique qui fonctionnerait bien longtemps. À l'inverse, si un logiciel, un protocole de communication est libre, alors d'autres développeurs peuvent ré-utiliser le même logiciel, le même protocole et ainsi proposer une continuité aux utilisateurs.

 

* Si vous ne connaissez pas Napster, on y reviendra peut-être une autre fois. Sales jeunes.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Le Truvada, en utilisation préventive contre le Sida : efficacité démontrée