Le prix Nobel de médecine pour les cellules souches

/ Actualité - écrit par nazonfly (), le 09/10/2012

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 7 réactions

Le prix Nobel de médecine vient de tomber. Il récompense cette année les travaux de John Guron et Shinya Yamanaka pour leurs travaux sur les cellules souches. Les cellules souches, quésako ?

Reprenons du début. Votre papa et votre maman vous ont légué une cellule chacun, respectivement un spermatozoïde et un ovule, histoire de former votre première cellule qui va se multiplier, se multiplier et se multiplier et donner un être humain (suprêmement intelligent vu que vous lisez Krinein).


Sir John Gurdon. Crédits : Wellcome Library, London. .

Jusque là tout est simple. Sauf que vous voyez bien que vos cellules ne sont pas toutes égales : entre les cellules nerveuses dont certaines vont du dos jusqu'au bout du pied aux cellules musculaires, en passant par les cellules hépatiques (du foie, voilà un mot à retenir pour une partie de Scrabble), il y a de fortes différences. Tout ça à partir des mêmes cellules originelles, ces fameuses cellules souches pluripotentes ! La machinerie du corps humain ne cesse de nous étonner.

Il n'est pas besoin d'être scientifique pour comprendre l'intérêt des cellules souches, les applications sont nombreuses et innombrables mais on peut facilement imaginer réparer un tissu lésé, voire régénérer complètement un organe. Oui comme les lézards le font de leur queue. Bien sûr, ça fait un peu peur parce qu'on pense tout de suite aux lézards de V. Mais c'est quand même intéressant pour tout plein de pathologies.

Le seul problème est que si notre corps a encore quelques cellules souches cachées ici et là, elles sont moins diversifiées : les cellules souches de cerveau savent bien faire des cellules de cerveau mais pas grand chose d'autre (oh c'est schématique, on vous a dit, c'est pour que vous compreniez bien). Certes on a pensé utiliser les cellules souches provenant notamment des embryons surnuméraires de la procréation médicale assistée... Mais les problèmes éthiques étant nombreux, la loi restreint leur usage à la recherche.

C'est ici qu'interviennent les deux heureux gagnants : ils ont trouvé un moyen de faire revenir des cellules adultes à leur ancienne et fougueuse jeunesse où elles avaient encore tout l'avenir devant elles, et pas seulement une vie banale de cellules du gros orteil droit (non pas que ce ne soit pas intéressant d'être une cellule du gros orteil droit, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit).

Bien sûr cette étape n'est qu'un petit pas pour la recherche, les problèmes (éthiques ou pas d'ailleurs) sont encore nombreux mais quel formidable espoir pour cette très importante avancée scientifique !


Shinya Yamanaka. Crédit photo : Gladstone Institutes/Chris Goodfellow.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Le Truvada, en utilisation préventive contre le Sida : efficacité démontrée