La robotique est-elle finalement prête à remplacer les interactions humaines ?

/ Article - écrit par Sylvain, le 04/05/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Les alternatives à l'hôtellerie traditionnelle peuvent prendre un tour résolument technologique, qui amène de nombreuses questions d'ordre pratique, sociétal, économique et même philosophique.

Tandis que vous attendez sagement la fin de la crise sanitaire et la levée de toutes les interdictions de déplacement pour enfin planifier vos futures vacances en bord de mer dans un camping à Pornic, n'oubliez pas que les alternatives à l'hôtellerie traditionnelle peuvent prendre un tour résolument technologique, qui amène de nombreuses questions d'ordre pratique, sociétal, économique et même philosophique.  
DR.

 

Des robots sortis de l'école hôtelière

Prenez cet hôtel au Japon, qui a ouvert ses portes en 2016 non loin de Nagasaki : le Huis Ten Bosch Henn Na Hotel propose un service assuré à 100% par des robots. Les réceptionnistes sont des robots (humanoïdes ou à forme de dinosaure !) capables de parler plusieurs langues et de soutenir des conversations simples avec les clients. Les porteurs sont des robots, qui accomplissent un trajet prédéterminé depuis l'accueil jusqu'à la chambre qui lui est indiquée. Et les quelques humains affectés au complexe ne sont que des agents de SAV, ils n'interviennent qu'en cas de dysfonctionnement grave qui leur serait signalé. La plupart du temps, le lieu n'est donc administré que par des machines – et la vie des clients est d'autant plus simplifiée qu'ils n'ont pas de clé, car la porte de leur chambre s'ouvre via un logiciel de reconnaissance faciale.

« Henn » signifie « changer », et les concepteurs de cet hôtel ont résolu de proposer une offre innovante, pour réinventer ce type de service. 

Des robots de compagnie


DR.

 

Toujours au Japon, que penser de ce geek qui, toujours en 2016, a réussi à assembler de toutes pièces un robot à l'effigie de Scarlett Johansson ? Capable de se déplacer, de sourire, de répondre des phrases simples mais circonstanciées à un interlocuteur, cette machine a toutefois de quoi perturber – d'autant que Scarlett Johansson est connue pour ses réparties cinglantes face aux intervieweurs qui tentent de la réduire à une femme-objet à l'écran.

Des robots habilités à porter l'extrême onction

En 2017, c'est un cap supplémentaire qui est franchie par la société japonaise Nisseieco : puisque les robots sont capables non seulement d'accomplir des tâches matérielles (comme les porteurs de l'hôtel Henn Na), mais aussi de fournir une présence réconfortante à des êtres de chair et de sang, pourquoi ne pas leur confier des missions spirituelles ? C'est ainsi que Pepper, le robot-moine, est chargé de réciter des prières à Bouddha pour permettre aux moines humains de trouver un job rémunérateur par ailleurs afin de subvenir à leurs besoins.

Pepper est également en mesure d'accomplir des rites funéraires, et se fait payer beaucoup moins cher qu'un moine homo sapiens.

Sans aller jusqu'à s'inquiéter de dérives comme celles décrites dans Westworld ou Terminator, on peut se demander s'il est nécessaire de tracer une ligne entre le sens et l'apparence de sens, entre le soutien matériel et l'illusion de confort affectif... A moins que nous ne soyons déjà entourés de robots sans le savoir ?

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Le Truvada, en utilisation préventive contre le Sida : efficacité démontrée